Mon amour faisant partie de cette catégorie et ce malgré des années de fréquentation et de vie commune, j'ai décidé de vous livrer, sous toutes réserves et sans aucune prétention, quelques petits trucs, dont je me suis servi et dont je me sers encore, pour décoincer vos chéris si vous êtes dans la même situation. Ne concerne que les amours gays, puisque je ne partage mon lit qu'avec des hommes.

 

 1°) Eviter toute vulgarité du genre : j'ai envie baiser !  Un plan cul ça te plairait ? tu bandes ? t'as l'air bien "monté" !

2°) Ne lui mettez pas la main au panier. Une petite présentation courtoise est toujours appréciée. N'en faites pas trop, ne lui rabachez pas à longueur de journée ou de soirée qu'il vous plait, que vous n'êtes pas un dragueur né, que vous  êtes en bonne santé. Intéressez-vous à lui sans tout ramener à vous, à votre situation personnelle ou professionnelle et/ou, à vos expériences.

3°) N'hésitez pas à lui offrir des consommations et des invitations au restaurant, je dis bien consommations et restaurants, pas spécialement des cafés et encore moins des fast food, à moins qu'il aime particulièrement.  Si vous avez peu ou pas d'argent, il vaut mieux vous abstenir de draguer, mais surtout ne soyez pas radins et encore moins mesquins.N'attendez aucune contre-partie à votre gentillesse et à votre générosité. Sinon payez vous un tapin, ça vous reviendra moins cher, vous prendra moins de temps et en plus vous pourrez exiger de lui ce que vous voulez, le tarif de la prestation étant déjà fixé.

4°) Une fois votre conquête séduite, ce n'est pas pour autant que vos efforts doivent cesser. Vous souhaitez aller plus loin avec lui, le mettre dans votre lit ? là encore, tout votre savoir vivre et votre délicatesse vont être mis à contribution. Si vous avez un chez vous, que votre amour est un jeune homme "bien", évitez l'hôtel ce qui pour un jeune homme sérieux peut être le comble de la honte et de la méfiance. Ne lui sautez pas dessus dès la porte franchie. Faites lui visiter votre appartement. Laissez lui le temps de s'assoir et offrez lui quelque chose à boire. Engagez une conversation à bâtons rompus, le temps de vous échauffer si ce n'est déjà fait...

5°) Laissez son désir se manifester tout en réprimant un peu le vôtre si vous êtes déjà prêt. Lorsque vous le sentez réceptif, là, vous pouvez commencer à "attaquer". Ne le brusquez pas, s'il ne sait pas comment s'y prendre, comment faire. Ne vous moquez pas, n'ayez pas l'air déçu, guidez le, surtout si c'est sa première fois. Personne n'a la science infuse et il ne pourra que vous en être gré. Vous sentez qu'il est prêt à passer à autre chose que des baisers. Aidez-le à se et à vous deshabiller. Ne le laissez pas s'empêtrer et/ou s'emberlificoter avec des boutons de chemises, des ceinturons et des fermetures de pantalons et je ne parle pas du déséquilibre provoqué par l'enlèvement des chaussettes.

6°) Vous vous apercevez que le désir à distendu le sous-vêtement de votre compagnon ? Ne jouez pas l'homme des cavernes en lui retirant brutalement. Ménagez sa pudeur. Laissez la chose, puisque chose il y a apparaitre d'elle-même, vous n'aurez plus qu'à la "dégager" doucement, ce qui l'incitera à faire de même avec vous. Ne le choquez pas, en le "suçant" goulûment. Si vous ne connaissez pas ses goûts, ses pratiques, "tatez" d'abord le terrain avec vos mains Si vous sentez une réciprocité, vous pouvez vous aventurer plus avant tout en le prévenant discrètement de ce que vous allez faire. Ne lui parlez pas de fellation, de pipe et sodomie. Important, quelque soit le type de sous-vêtement que porte votre compagnon : caleçon, boxer Calvin Klein ou slip kangourou, aucune remarque n'est acceptable (hormis celle concernant l'hygiène). Il serait particulièrement mal venu de le froisser par une réflexion déplacée. (quand j'ai connu mon amour, il portait des slips kangourous, sa mère l'habillait et décédée depuis peu de temps lors de notre rencontre, il continuait machinalement à acheter ce dont il avait l'habitude) donc...

7°) Vous n'en pouvez plus de désir l'un pour l'autre et vous souhaitez concrétiser. Vous ne savez pas s'il pratique ou a connu la pénétration ? hum, mettez doucement votre amour sur le ventre ou dans toute autre position confortable au  choix, et "titillez" lui l'endroit convoité. Vous vous apercevrez tout de suite s'il aime. Si oui, après quelques soupirs et gémissements, il vous sollicitera. Dans le cas contraire, comme mon amour, il refusera que vous regardiez sa "fleur" et se retournera aussi sec, au risque de se démettre la hanche. N'insistez pas, chaque chose venant en son temps. De toute façon, qu'il accepte ou non, vous pouvez éprouver l'un et l'autre une grande satisfaction physique sans cette pratique, si si, puisque je vous le dis ! Pour les adeptes, de l'autre manière, ne foncez pas comme un bourrin. Prenez le temps qu'il faut pour que son excitation soit à son comble ou au moins égale à la  vôtre, utilisez tout ce qu'il faut, caresses, doigté, lubrifiant , préservatif, pour détendre votre partenaire et vous éviter de "rester" à la porte. Commencez vos va et vient doucement en vous inquiétant de votre amour. Chaque expression de visage, chaque geste est un signal qu'il vous envoie de ce qu'il ressent. Que son plaisir soit satisfait avant le vôtre et après, seulement après, vous pourrez vous "détendre".

8°) Quelque soit votre manière de procéder, vos ébats sont terminés et vos sens apaisés. Ce n'est pas une raison pour vous conduire comme un mufle. Quelques caresses affectueuses avant de vous endormir avec Roudoudou, seront bienvenues et appréciées. A la tête qu'il fera à votre réveil, vous saurez si vous l'avez comblé ou si vous êtes passé à côté.  Si vous avez réussi, beaucoup d'autres plaisirs s'offrent à vous. Si vous avez été médiocre, ne désespérez  pas et essayez de vous améliorer. Ne dit-on pas que c'est en forgeant qu'on devient forgeron ? oui je sais, c'est une formule banale et toute faite, mais bon ..;.Quoi qu'il en soit et peu importe comment cela s'est passé, restez gentleman jusqu'au bout, n'oubliez pas de proposer un petit déjeuner à Roudoudou avant de vaquer l'un et l'autre à vos occupations respectives..