1Est la révélation publique de l’homosexualité d’une personne sans son consentement. Toutefois, il n’y a outing d’un point de vu juridique (c'est-à-dire la possiblité de porter plainte au tribunal pour atteinte à la vie privée) que si la révélation est publique, à savoir produite et diffusée sur papier ou tout autre support avec ou sans image.

Cette révélation connait différent degré selon qu’elle concerne une personne plus ou moins "dans le placard" (non ouvertement homosexuelle).

La presse et la plupart des mouvements homosexuels considèrent comme délateur et improductif cet acte violent qu’est le possible outing.

 "… L’homosexualité est confinée à la sphère privée et assignée au silence. On peut tout dire des gays et des lesbiennes sauf leur nom…(Act Up)".

Or, depuis quelques années, je constate qu’entre ce qui est dit et ce qui ce fait, le fossé est au moins aussi large que le Grand Canyon. Cf : "la polémique" sur le récent décès de Richard Descoings à qui certains font le reproche d’avoir été gays pour une certain public et ne pas l’avoir été pour un autre.

Pour ma part, peu importe que la personne ait ou non révélée son homosexualité. J‘ai pour principe et pour éthique qu‘on ne doit pas juger une personne sur ce qu’elle fait en fonction de son orientation sexuelle qu’elle soit connue, dévoilée ou non. En vertu de quoi s’arrogerait-on ce droit ? Qui sommes-nous tous, les uns et les autres, pour nous permettre de porter un jugement sur ce qui est soit disant bien ou mal pour la communauté homosexuelle ?

Didier Lestrade que par ailleurs, j’apprécie pour beaucoup de choses se permet de dire que l’homosexualité ou le lesbiannisme d’une personne se doit d’être révélée surtout si elle est publique, pour servir d’exemple à de jeunes gays mal dans leur peau. Ah bon ! S’il suffisait de ça pour que tous les jeunes et moins jeunes gays ou lesbiennes mal dans leur peau se sentent mieux ça se saurait !

 http://www.rue89.com/2012/04/11/mort-de-descoings-ceux-qui-ne-font-pas-leur-coming-out-et-les-autres-231044

imagesCAUYF8BGNul n’a à donner des leçons de vie, voire de morale, aux autres. Chacun est libre d’étaler sa vie en place publique ou non. De quel droit certains s'arrogent-t-ils le droit de dévoiler l'intime d'une personne ? Nous n’avons pas à nous ériger en donneur de leçon quelque soit notre nom, les fonctions et/ou le statut que nous occupons au sein de la communauté gay, qui soit dit en passant n’est pas si tolérante quelle veut bien le laisser supposer, car nous n’avons pas tous des âmes de militant ( moi par exemple, et sans vouloir m’avancer roudoudou).