Cafard, mon ami et oui j'ai bien dit mon ami, car depuis le temps que tu partages ma vie, tu me permettras cette familiarité. Tapi dans le coin de mon esprit tu ressurgis, tel un diable hors de sa boîte dès que mon amour s'en va. Et, bon gré, malgré je suis obligé de t'accepter, de te voir me dévorer du matin ou soir et du soir au matin, prenant possession de mes pensées, empiétant sur mon sommeil, mais puisque tu es là, bien installé, je ne puis que te supporter en attendant le retour de mon aimé.77730329_o

Roudoudou est au Sri-Lanka,  en tournée, depuis deux semaines et  ne rentrera pas avant la mi-août. Moi, à mon habitude, je suis resté planté là, comme un con, résigné, à parcourir les pièces vides, à contempler sa photo qui me sourit, à me connecter sur (et oui) facebook (que celui qui a dit jamais me jette la pierre !) espérant y voir des messages qu'il aurait laissé à mon intention.

Afin d'occuper mes moments de libres, surtout en soirée, je dévore livres et films (dvd) dont je m'empresse de noter mes avis sur la toile (mais à part moi qui s'en soucie ?) lui peut être j'ose espérer qu'il les lit). Il m'arrive également de temps à autres d'aller noyer ma solitude et ma tristesse dans un bar gay (hum oui, je m'y sens plus à l'aise et puis, les mauvaises habitudes ont la vie dure) et de rentrer chez nous tard dans la nuit ou au petit jour, le pas incertain, la langue pâteuse d'avoir trop fumé. Le matin me voit me lever migraineux, avec une haleine de fennec, qui s'imprègne dans notre chambre et dont la journée n'est pas de trop pour la faire disparaître,  malgré les fenêtres grandes ouvertes.

Hier, ma petite caille indienne a mis des photos du Sri-Lanka sur son compte facebook, et sur son blog et m'a permis de les utiliser. Merci mon chéri. Je sais que pour lui ce n'est pas facile... mais j'espère qu'un jour il m'y emmenera. 

561331_187084504756055_808038953_n