26 novembre 2015

Agra - Fatehpur Sikri

Agra :

Babur descendant de Tamerlan fonda la ville, mais c’est Akbar qui en fit la grandeur. Agra est situé sur les rives de la Jamna et comporte comme pratiquement toutes les villes indiennes : un fort à l’intérieur duquel on trouve les palais des nawabs régnants et de leurs épouses et concubines. Ainsi que comme toujours dans les palais musulmans : la salle des audiences publiques et la salle des audiences privées. Et, suprême merveille archi-connue dans le monde entier : le Taj Mahal

P1080936

Ce mausolée a été érigé par Shah Jahan, en mémoire de son épouse bien-aimée Mumtaz Mahal, morte en couche alors qu’elle devait donner naissance à son 15ème ou 17ème enfant (le nombre est sujet à caution).

On vient de tous les coins du monde pour l’admirer, mais surtout pour la symbolique qu’il représente. Les Pakistanais et les Indiens étant de grands sentimentaux qui se passionnent pour les histoires d‘amour, il est impossible que nous (mon amour et moi n’y faisions pas halte.

72855714_m

Que l’on aime ou pas son architecture et le « clinquant » qu’il dégage, on ne peux qu’être admiratif du travail accompli et des matériaux employés (marbre, pierres semi-précieuses et précieuses) lorsqu’on à l’esprit qu’ils étaient loin de ceux que nous utilisons à ce jour. L’harmonie qui s’en dégage, l’endroit ou il est situé, le bassin dans lequel il se reflète, et les différentes petites mosquées dont il est entouré, dont la ravissante mosquée des femmes, tout concours à nous faire partager cette paix.

P1080934

 Pour ma part j’ai surtout été sensible à l’intérieur du mausolée, la hauteur du dôme en fait que la résonance en est extrême. Je ne sais si c’est un effet d’optique, mais le tombeau de l’empereur paraît plus conséquent de celui de son épouse (tradition islamique ieut être ?). Le plafond est incrusté de nacre ce qui lui confère une luminosité « juste ce qu’il faut ».

P1080949 

Les murs eux le sont de Jaspe, Lapis-Lazuli, Cornaline, Nacre et bien d’autres pierres encore, dans des motifs fleuris d’une rare élégance. Malheureusement, une grande partie de ces joyaux les plus précieux ont été pillés lors de la révolte des cipayes.

P1080945 

P1080951 

 P1080947

Nous nous nous sommes faits prendre en photos, dans les jardins et devant le Taj, comme tous les amoureux. Roudoudou, oh miracle, m’a pris la main et m’a regardé dans les yeux, un regard qui, je veux le penser, voulait dire beaucoup de choses, mais nous n’avons pas osé nous embrasser (histoire de ne pas choquer notre photographe…) mouais, dommage pour moi...

Autrement, la ville d’Agra en elle-même est à dominance musulmane. Surpeuplée comme la plupart des villes indiennes et assez sale, ce qui surprend lorsqu’on entre ou quitte le site du Taj Mahal. Les habitants ne sont guère accueillants mais ça je l’ai remarqué pour toutes les villes musulmanes dans lesquelles nous nous sommes arrêtés. Ce qui contraste avec les villes hindoues ou même si les gens ne sourient pas, (la vie en Inde est très dure)) le regard n‘est pas belliqueux, jamais indifférent, plutôt curieux. Il suffit généralement d’un mot pour briser la classe surtout s’il est dit par roudoudou.

Les musulmans d’Agra ont conservé leur tradition de marchands de pierres semi-précieuses et précieuses et celle du travail du marbre avec incrustation de pierres. Il y excelle et nous avons comme il se doit fait quelques emplettes.

P1080915 

 P1080918

 Fatehpur-Sikri :

Nous nous sommes rendus ensuite à Fatehpur Sikri, ville fantôme située à une vingtaine de kilomètres environ.

P1080954

Cette ville fût construite par Akbar sur le site d’une bataille entre hindous et musulmans et dont les musulmans sortirent vainqueurs. La ville est sublime et gigantesque. Elle renferme les palais princiers et tous les bâtiments indispensables à son administration, avec la salle des audiences publiques et celle des audiences privées

P1080979

Fatehpur Sikri, c'est également sa grande mosquée cloiffée de clochetons et avec dans sa grande cour, le tombeau d'un Saint Soufi : Salim Chishti (pour plus de détails rendez-vous sur le blog de Roudoudou, il y a tellement de choses à retenir que je laisse à roudoudou le rôle de rapporteur historique).

P1080960

 Toujours est-il que cette ville fabuleuse fut abandonnée par manque d'eau potable. J’ai du mal à admettre cette version. En effet, il me parait peu probable que de tels bâtisseurs aient omis de prévoir le manque d’eau lorsqu’ils ont érigé cette ville.

Posté par chezVolodia à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 février 2012

Le Fête de la République

Si vous vous rendez en Inde en janvier, et en particulier les 26 et 27, ne manquez surtout pas la Fête de la République. C'est une véritable merveille, une démonstration de la puissance militaire indienne bien évidemment, mais également une débauche de couleur, des uniformes reflétant l'empreinte de la domination britannique durant plusieurs siècles.

P1090053

Tous les ethnies indiennes semblaient représentées, tous les Etats, toutes les religions reconnaissables à leurs turbans et à la façon dont ils étaient drapés. Tous les Etats réunis pour ne former qu'une seule Inde, malgré les différences. Les indiens sont souvent en désaccord entre-eux (ethnies, castes, religions, intellectuels, bureaucrates, paysans) , mais ils ne font qu'un dès qu'une menace se profile à l'horizon. Ils savent mettre leurs différents de côté au profit de leur nation.

P1090056

Nous avons assisté à ce défilé lors d'un précédent voyage, et roudoudou était fier de me montrer la puissance de son pays, de me montrer que celui-ci était autre chose que ce que veulent bien nous en montrer les médias, ce que j'ai parfaitement compris. Je n'ai du reste pas été avare de questions, voulant lui montrer ainsi, que je l'aimais lui, son peuple et sa nation.

Les régiments ayant le plus de succès et qui étaient très attendus, sont ceux de l'aviation seul corps d'armée où les femmes sont représentées, et le régiment des cavaliers du désert perchés sur des chameaux somptueusement harnachés.  Malheureusement, bien que nous ayons été à l'affut depuis plus de 2 h avant le commencement des festivité, nous n'avons pu photographier tout ce que nous voulions y compris le régiment féminin la foule était trop compacte et les indiens très curieux de voir des femmes défiler en habits militaires.  

P1090010

Posté par chezVolodia à 21:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2012

visiter Khajuraho

P1080854

Hormis l'esplanade des temples et l'ancien village, Khajuraho ne présente pas un grand intérêt. Aussi, ne sommes nous pas restés plus qu'il ne faut. Il reste ving neuf temples sur les quatre ving neuf à l'origine construits entre 950 et 1050 si j'ai bien tout compris. Mais alors qu'elle beauté, qu'elle finesse et qu'elle rafinement dans les sculptures.

P1080843

Ces temples sont considérés comme érotiques car ils mettent en scène sur toutes leurs façades les positions amoureuses du Kamasutra. A noter que ce que nous européens considérons comme érotiques voire pornographiques pour certains pudibons, ce sont simplement des actes intimes de la vie courante autorisés et pratiqués par les Dieux et les hommes indiens. Pour ma part, j'ai trouvé ces temples magnifiques, contrairement aux lois morales imposées par les divers occupants musulmans et chrétiens. Les gestes amoureux gravés dans la pierre sont magnifiques de pureté, criants de vérité et d'une liberté sexuelle telle qu'on n'oserait l'imaginer pour l'époque. Ce qui ne signie rien de la moralité de ce peuple qui malgré les figures sculptées sur ces temples est d'une grande pudeur et haute moralité.

P1080884

Roudoudou m'a dit que que dans des temps plus éloignés ces temples servaient à déniaiser les princes. Maintenant on y emmène les jeunes gens (les jeunes filles mises à part qui seront initiés par leur époux) histoire de leur expliquer les relations sexuelles avant un prochain mariage.

Pour avoir accès à cette esplanade il suffit de payer quelques roupies qui servent à l'entretien (et je le précise à la main) des temples et des jardins qu'il y a autour. Pour les indiens, le prix est moins élevé que pour nous occidentaux, ce que je trouve normal quant au taux de la roupie, toujours non coté en bourse.

P1080875En sortant de l'esplanade des temples, dirigez-vous vers la droite, le vieux village, les habitants n'ont pas l'habitude de voir des touristes, ceux-ci s'en retournant dès la visite finie. Munissez-vous d'un appareil photo à développement immédiat. En effet, si vous faites des photos des habitants, que vous le leur donnez de suite, vous aurez peut être la chance d'être invité à un mariage, une naissance ou à l'inauguration d'une nouvelle divinité que l'on amène au Temple domestique. Et là c'est le bonheur complet, car vous serez adopté, vous ne serez plus le quelconque touriste à qui l'on veut faire dépenser le maximum de fric dans un minimum de temps, mais un ami. Vous pourrez alors, si vous avez eu la précaution d'emmener un autre appareil plus courant, faire des photos inédites pour le commun des étrangers. Hum oui, si vous n'avez que votre appareil courant, vous pourrez toujours dire ... "on va vous envoyer la photo..." oui peut être.. Alors que si vous la leur donnez tout de suite, c'est l'extase. Peu de villageois en ont un, par ailleurs ils vont chez le photographe lors de leur mariage, la première naissance et c'est souvent tout. Alors faites leur plaisir vous en serez récompensé et remercié au-delà de vos espérances.

P1080871A l'entrée du village, il y a un temple domestiqué destiné aux dévotions pour Anuman le Dieu Singe. Ensuite, le faubourg des tombins éleveurs de porcs, vient celui des intouchables. Dans le village proprement dit, les quartiers sont séparés : les sundras (artisants et ouvriers agricoles de basses castes) ou l'on fait sécher sur les murs les galettes de bouses qui serviront à allumer les fours pour cuire la nourriture. le quartier des castes supérieures et des brahmanes. Deux points d'eau  une mare pour les impurs, une fontaine au coeur du village pour les autres.

Nous avons joué le jeu et sommes rentrés dans diverses "boutiques" pour notre plaisir et celui des habitants l'intérêt est que dans ces magasins villageois, nous sommes servis de façon traditionnelle. Tout d'abord nous franchissons le sol en laissant nos chaussures à la porte (et ce malgré la gentillesse du commerçant nous invitant à les garder) recouvert d'un drap blanc. Le boutiquier est assis en tailleur sur une estrade drapée également de blanc et nous sommes assis sur des bancs (pour les plus âgés) et des coussins pour les plus jeunes. Derrière son dos, le boutiquier à des rayonnages ouverts ou toute la marchandise est susceptible d'être "attrapée" rien qu'en tendant les bras, s'en avoir à se baisser voire à se retourner puisqu'il bénéficie de l'aide efficace de vendeurs. Nous nous sommes faits montrer des saris pour nos amies Maud, Chloé et Florence. J'ai appris que chaque sari avait un nom et qu'il suffisait que roudoudou le prononce pour que, comme par miracle ceux-ci s'étalent dans un chatoyement de couleur devant nous.

P1080881

Pour retourner à notre hôtel nous avons pris, des vélos taxis.  ils se composent d'un char à banc à capote tiré par un vélo que monte un pauvre diable qui n'a que le muscle sous la peau. Chaque vélo taxi étant surmonté d'un numéro. Inutile de dire que pour les faire travailler, nous avons chacun pris un vélo et avons donne à l'arrivée le double du prix de la course. Non par pitié spécialement mais parce qu'ils le méritaient par leur gentillesse, leur envie d'aller vite croyant nous faire plaisir et surtout pour leur adresse à éviter les égouts à ciel ouverts. Les rues du village ne sont pas éclairées et la route menant à l'hôtel ne l'étant guère plus.

P1080890

Posté par chezVolodia à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 février 2012

Visiter Delhi

Delhi

Avec Bombay c’est peut être une des villes indiennes les plus européanisées, mais curieusement, une fois sur place on ne peut s‘empêcher de douter et de faire malgré soi une comparaison.

Premier dépaysement lorsque qu’on arrive d’Europe. L’aéroport ou se croisent et s’entrecroisent des millions de passagers de toutes sortes, trainant bambins, vieillards et paquets plus ou moins bien ficelés. L’aéroport ou personne ne peut vous attendre à l’intérieur des murs. Et ou on ne peut les franchir que ce soit en sortie ou en entrée, sans passeport ni billets.

Ce qui étonne, c’est le stoïcisme de la foule, sa réserve dans ses faits et gestes, son silence. Ici pas de cris, d’interpellations, de mouvements brusques, ni de soupirs impatients. Les indiens sont réservés, mesurés. Ils sont souvent en famille et parlent discrètement. Les seuls qui se font remarquer par leur exubérance, leurs gesticulations, leur voix haut perchée et leur précipitation, ce sont les touristes. En Inde, le temps ne compte pas. Un avion devait arriver à 5 h du matin et il n’est toujours pas là à 19h, ce n’est pas grave, on s’accroupit sur les talons et on attend. C’est une des choses, parmi de nombreuses autres, qui ne laisse pas de  m’impressionner.

Bref à la sortie de l’aéroport de grosses voitures familiales privées, genre minibus, attendent les familles. Les intouchables vêtus de l’uniforme bleu de chauffe ou kaki un balai de crin sans manche à la main s’évertue à rendre propre les abords de l’aéroport.

Roudoudou et moi prenons un taxi qui nous emmène directement à l’hôtel Siddarth situé dans le Nouveau Delhi. C’est celui ou il descendait avec ses parents, et donc celui que nous nous devons de prendre et prenons depuis 3 ans. Le personnel y est aimable sans être mielleux et nous bénéficions du savoir vivre indien qui veut qu‘on offre des paniers de fruits et des confiseries à tous les clients, à l’entrée et au départ de la chambre. De retour de nos pérégrinations à l‘intérieur du pays et avant de repartir sur Chennai, nous séjournons à l’hôtel Ashoka, par habitude, qui est un ancien hôtel coloniale britannique. Très confortable, discret avec une population indienne et européenne réservée. Tout ce dont nous avons besoin. Nous n’aimons ni l’un ni l’autre, le bruit et le « clinquant ».  Culture et pudeur indienne oblige, bien que nous prenions une chambre commune, celle-ci comporte 2 lits (des grands) et le matin, nous défaisons et froissons les draps du lit resté inoccupé. Si S… n’avait pas été indien, je m’en serais moqué comme de ma première chemise mais là, je ne veux pas l’embarrasser, ni qu’il perde la face auprès de ses compatriotes.  Notre installation terminée, nous sommes partis en visite. Nous avons vu les principaux monuments de Delhi :

 Le tombeau d’Umayun :

P1080779  Les noms de martyrs ont été caligraphiés dans la pierre (pour précisions voir le blog de mon amour... je suis incapable de me rappeler tout ce qu'il m'a expliqué avec forces détails. Comme quoi il connaît bien son histoire (celle de son pays). 

P1080811

  Le Qutb minar :

P1080778

 La Jama Masjid qui est la grande mosquée de Delhi, en grès rouge et marbre blanc et noir au sol.

P1080738

  Le fort rouge :

 P1080753

 Le temple Birla qui est un des plus grand temple Hindou de Delhi

P1060343Après autorisation et demande faite par mon amour, nous avons eu l'autorisation de photographier l'autel de la déesse Durga. Va s'en dire qu'une obole a été offerte à la divinité via le dévôt.  

P1080768

dont la pierre est peinte en jaune, rouge et blanc pour un temple du nord c'est assez rare, ce sont plutôt les temples de l'inde du sud avec toutes les déités représentées qui sont peintes de toutes les couleurs. Nous y avons du reste croisé d'adorables fidèles...

P1080773

Ainsi que l’hôpital des oiseaux, qui de par sa couleur (rouge) et son architecture en forme de lingam est très curieux et particulièrement typique de la culture hindoue.

P1080830

J’avais déjà eu l’occasion de voir certains de monuments lors de nos précédents voyages (c’est mon 3ème), aussi me suis-je plus particulièrement intéressé à ce qui se passe autour de moi, la vie de ce qu’on appellerait « les petites gens », les pas de portes faisant offices de boutiques, les maisons du Vieux Delhi entourant la Jama Masjid :P1080825

 Les branchements électriques « sauvages », tout en m’étonnant qu’il n’y ait pas plus d’accidents et/ou d’incendie. Ceci expliquant cela je ne m’étonne plus guère des coupures d’électricité qui sont fréquentes dans toute l’Inde.

 A noter également que tous les temples, mosquées et monuments divers sont situés dans de grands jardins dont l’herbe très bien entretenue est coupée à la serpe par des jeunes filles ou, jeunes femmes de basses castes. Exit les tondeuses. Il y a très peu de « machines » en Inde afin de ne pas léser d’emplois la grande majorité de la population.

 P1080785 P1080781

J’avais énormément d’interrogations et j’ai toujours autant de questions à poser à S…. Toutefois, je n’ose pas toujours les formuler en raison de la susceptibilité, de la loyauté de mon compagnon vis-à-vis de son pays. Aussi certaines sont-elles restées au bord de mes lèvres en attendant le moment propice d‘être posées.

Mon compagnon est très sensible et surtout très fier. Il aime son pays et ne supporte pas que les médias ne montrent de l’Inde que le mauvais côté, à savoir ce qu’ils ont envie de vous faire voir pour vous apitoyer et susciter des dons : telle la misère, non, pas celle qui est bien propre et bien nette, mais celle qui est faite de crasse, de croûtes et qui dégoute ; ou à l’opposé, l’étalage de richesses que font certains parvenus. Il dit que pour les médias, il n’y a en Inde que des miséreux ou des richissimes maharajah sans bien savoir  ce qu’il en est réellement.

Je comprends le chagrin de S… et sa honte, mais il est vrai que lorsqu’on débarque pour la première fois en Inde, les injustices et la misère criantes vous sautent aux yeux, au point que vous ne voyez plus qu’elles. Ce n’est qu’au bout de plusieurs voyages que vous arrivez à en détacher vos yeux et êtes disponible à vous absorber dans d’autres choses. Quoi que en France avec le chômage et les sdf….Nous n’avons aucune leçon à donner.

Contrairement à ce qui s’est passé lors de mes précédents voyages  je me suis montré un peu plus réactif  dans mes déplacements, à savoir que j’ai suivi roudoudou sans qu’il ait eu besoin de me le signifier ou mieux me tirer par la manche pour m'éviter d'être renversé. Ah oui, il faut savoir que dans toutes les villes en Inde, au Pakistan, au Sril-Lanka, les automobilistes ont l'obligation de claxonner pour signaler leur venue. Hum c'est vous dire la dangerosité des rues et que dire des carrefours...

P1080739

 Nous avons pris le métro qui du temps ou il était enfant n’existait pas encore (la Russie se proposait de le construire gratuitement en échange de ….. Le Gouvernement Indien a refusé) De fait, je ne sais ce qui a permis l’aboutissement de ce projet. Le métro est une bonne chose, car la circulation d’après mon compagnon était infernale et, c’est peut dire, imaginez 18 millions de personnes, des voitures, des animaux, des touc touc, des motos, des vélos, des bus circulant à la surface : l’enfer.

MME__D~1

Malgré le fait qu’il rapproche de très grandes distances, reste que le coût du billet est élevé pour le commun des indiens et s’adresse plutôt à la classe moyenne et au-dessus ; celui-ci correspondant à une journée de travail d’un dalith et/ou d‘une basse caste. Le métro reste une curiosité, à voir, les couloirs sont en marbre et les quais rutilent de propreté, avec surveillant à chaque bout. Une amende étant prévue pour les indélicats qui se laisseraient aller à cracher. Ce serait une bonne politique à adopter pour la France….

La Place Connaught à Delhi est idéal pour le shopping et particulièrement agréable, on y trouve un artisanat de choix et de qualité de tout de tout ce qui se fait de mieux en Inde, tissus, objets en bois de santal, pierres semi précieuses, marbre, bijoux en argent et en or 22 carats  (le travail de l’or et de l’argent en Inde est très travaillé). En Inde, les prix ne sont pas affichés. Ils sont variables et fonction du pays d’où vous venez (surtout avant l’euro) aussi est-il préférable de marchander (dans la limite du raisonnable). Dans les magasins d’Etat, les prix sont fixes et non discutables.

Si vous vous trouvez en Inde les 26 et 27 janvier vous pouvez assister à la répétition et à la fête de la République, qui est superbe, c’est une débauche d’uniforme indo-britannique et de turbans harmonieusement drapés. Gros succès pour la compagnie du Désert, dont les cavaliers armés chevauchent des dromadaires caparaçonnés de couleurs vives. On s’en prend plein les yeux et les oreilles, en cause les trombones, les tambours qui accompagnent ces valeureux guerriers.

Delhi est une ville mixte, c’est-à-dire à nombre plus ou moins équivalent d’hindous et de musulmans, sans compter les sikh, qui ont d’ailleurs un superbe temple en marbre blanc avec  piscine pour les ablutions et une immense cuisine pour offrir des repas aux fidèles.

P1080819

  

Posté par chezVolodia à 01:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2011

Tout a une fin !

 Nous sommes rentrés en France, il y a pratiquement une semaine. Nous devions rester cinq semaines en Inde, et finalement ne sommes restés que quatre semaines, pour diverses raisons. Entre autres, mon chéri avait son travail et moi je me devais de reprendre mon magasin babouchka et Davidek ayant été largement sollicités.

Nous avons profité de cette semaine de répit pour reprendre pied dans la vie parisienne, à savoir : visiter les expositions du moment qui nous intéressaient, diner et./ou souper dans nos petits restaurants favoris du Marais et de l’Ile Saint Louis, nous occuper de babouchka et surtout, surtout récupérer la minette de S..

Les retrouvailles ont été mémorables et chargées d’émotion. Babouchka était venue nous attendre à l’aéroport impatiente et inquiète de savoir si notre séjour s’était bien passé . Entre Shivana et mon chéri elles furent plus houleuses. La toute belle ne lui pardonnant pas de l’avoir « abandonné » pour une aussi longue période. Il nous fut, dans l’immédiat, impossible de l’approcher, elle se sauvait, crachait, hum, un véritable petit fauve. Elle a refusé l’assiette de sa nourriture préférée que S… lui offrait pour finir, dans la nuit, par monter sur notre lit mais feulant et montrant les griffes dès que nous essayions de la caresser. Dieu merci, ça s’est arrangé les jours suivants, au point qu’elle en est devenue « collante », nous suivant partout, passant entre nos jambes, sautant sur les meubles pour mieux nous voir, et grimpant sur nos genoux (surtout ceux de son petit maitre adoré) dès que nous faisions mine de nous asseoir.

Nous avons également pris des nouvelles de nos amies rentrées une semaine encore avant nous, et très heureuses de leur voyage. Pour remercier S… de son hospitalité, elles lui ont offert une superbe bicyclette de ville noir. Photo à venir.

Vendredi après-midi nous sommes allés voir l’exposition « Les Amants du Néant » au Musée de l’Erotisme, description de notre visite à suivre. A l'heure ou j'écris ce message, mon petit S... et sa Shivana dorment près de moi, l'une servant de bonnet de nuit à l'autre (je vous laisse deviner laquelle) et, je me demande qui de l'un ou de l'autre ronfle et/ou ronronne le plus fort... Mais ce sont pour moi des bruit rassurants m'indiquant que tout va bien, que tout le monde a retrouvé sa place et que les choses ont repris leur cours normal

P1060236

 

Posté par chezVolodia à 02:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2011

Deshnoke - Le Temple des Rats

Cela fait quelques jours que je n'ai pas écrit sur ce blog et pour cause, nous avons été passablement occupés par nos visites d'Udaipur et Jaipur où se tenait également le festival du livres, celles faites aux amis de S... et nos pérégrinations alentours.

Nous avons notamment et comme prévu visité le Temple des Rats, situé au Rajasthan à 30 km environ de Bikaner. Seigneur, mon amour nous avait prévenu de l'insolite de ce lieu, mais la découverte en a été quelque chose de particulièrement éprouvant. Au premier abord rien à redire, c'est un très joli temple comme on en voit partout en Inde. Il est entouré d'un mur d'enceinte peint en rouge, dont l'entrée est percée par un encadrement de porte tout en marbre magnifiquement travaillé (on dirait de la dentelle). On entre à l'intérieur des murs par une porte dont les battants sont en argent massif.

P1060303

Oh, comme dans tous les temples hindou, il convient d'enlever ses chaussures et selon qui est le prêtre gardien du temple, vous pouvez êtes invités, d'un ton péremptoire, à retirer également vos chaussettes et là, l'angoisse commence. En effet, le temple grouille de rats, pas des gros rats comme on voit en ville en Europe ou dans les égouts, mais leur nombre et l'odeur qui règne dans le temple (et ce malgré la serpillière passée régulièrement par les dévôts) suffit à vous faire prendre conscience (au cas ou vous l'auriez perdu) des risques que vous prenez à vous balader les doigts de pieds en éventail.

Ceci dit, ces charmantes petites bêtes sont tout à fait inoffensives et se font un malin plaisir à déambuler partout ou elles peuvent s'aggriper : le sol, les murs, et poussent parfois la témérité jusqu'à s'agiter jusque sur vos pieds bien propres que vous aurez pris soin de dénuder, en poussant des couinements de contentement. Aussi est-il particulièrement recommandé de bien regarder où vos les posez vos pieds, ceci afin d'éviter de leur écraser la queue, car toutes inoffensives qu'elles sont, je ne suis pas sûr qu'elles apprécieraient un tel manque de savoir vivre. N'oubliez pas que dans ce temple les rats sont ici chez eux, et que c'est vous qui êtes tolérés.

P1060308

Je n'ai pu m'empêcher d'avoir un sursaut d'effroi. Chloé contre toute attente a fait preuve de curiosité. Pour Maud s'en était trop,  Mon chéri, quant à lui est resté fidèle à lui-même, imperturbable (il y était déjà venu enfant avec ses parents). Une fois l'entrée passée, se trouve, au milieu de la cour, un chemin encadré de barrières en fer forgé qui délimite le passage menant droit à l'autel où trône la déesse (ne rien toucher, les rats aiment s'agglutiner sur la rembarde, une petit pincement pour ne pas parler de morsure est si vite arrivé). A droite se trouve une partie de la cour avec des robinets pour les ablutions (se mouiller les mains pour se les passer sur les cheveux (explication de roudoudou : c'est un geste saint indiquant qu'on accepte la bénédiction de la déesse. On avale une petite ou si l'on est courageux plusieurs gorgées d'eau). Ainsi que les panières, et les plateaux remplis de grains et de lait pour les rats. A gauche se trouve une galerie qui court tout le long du bâtiment et où sont installés les musiciens qui chantent pour les rats hum, oui.

P1060305

L'autel où est installée la déesse et où les fidèles prient se situe dans une toute petite pièces au milieu du temple. Et là en plus de la déité, se trouve un grand plateau de grains où viennent se régaler les rats après s'être baladés sur les fidèles assis en prières et/ou en méditation. Il est absolument interdit de photographier la divinité de près sauf accord express du prêtre gardien du temple (ce que mon chéri a obtenu, parce qu'il est indien ?).

Je dois avouer que c'est bien parce que mon compagnon tenait à ce pélerinage (pour porter chance à notre couple, qu'il a dit) plus qu'à notre curiosité que nous nous y sommes présentés, mais bon je peux comprendre que pour lui se soit important mais que pour nous occidentaux avec nos manies de l'hygiène et de tout désacraliser....

P1060334

Nous sommes ressortis (Chloé, Maud et moi-même) dignement, mais assez rapidement quand même. S... nous a demandé si ça nous avait plu (hum.... ) et si ça n'avait pas été trop pénible pour nous (Re-hum....) Ceci étant dit, ça reste à voir !

 

Posté par chezVolodia à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2011

Ranakpur

Ranakpur - le 16/01/2011 - 1h du matin

Nous sommes restés à Delhi une journée le temps de faire une rapide visite pour nos amies, puis nous avons pris un avion pour Jaipur la ville rose toujours aussi enchanteresse où nous sommes restés 2 jours, Nous avons repris l'avion, en principe 2 h de vol en réalité 3h 30 à 4 h de vol (ne pas oublier qu'en Inde le temps ne compte pas...) pour nous rendre à Udaipur la blanche ville romanesque, avec sur le lac Pichola la palais d'été du Maharana transformé en hôtel et son jardin sur l'eau.

Petite anecdocte. La plupart des voyageurs sur l'avion Jaipur-Udaipur ont voyagé debout (il parait que sur les vols intérieurs indien c'est très fréquent) en 2009 c'était déjà ainsi. nos amies étaient effarées. Heureusement, nous étions assis, roudoudou ayant bien fait les choses. C'est seulement maintenant que je réalise le travail que ça a du être pour lui de préparer ce voyage avec nos étapes, les transports et l'héberghement pour 4 personnes...

P1060274

Nous sommes allés visiter Ranakpur, le temple Jain en pierre et marbre tout sculpté de divinités. Les desservants et les fidèles portent des masques de tissus pour éviter d'avaler un insecte, car dans la religion Jaïn toute vie est sacrée. Ce temple est comme je l'ai dit tout sculpté, à l'extérieur comme à l'intérieur. Beaucoup de coupoles, de cours intérieurs avec de petits autels indépendants.

P1060277

A noter également la différence de castes encore très marquée en Inde. Nous avions besoin d'aller aux toilettes (bah oui, ça nous arrive aussi même si c'est pas le moment). Nous avons trouvé cet endroit à l'extérieur du temple. Payant pour les touristes, gratuit pour les indiens mais là n'est pas le problème. Le problème vient que ceux qui les nettoyent sont des intouchables de la plus basse sous-caste des intouchables. Imaginer que ces personnes ne font et ne feront que ça toute leur vie et que cette tâche qui leur est dévolue est considérée comme normale et naturelle et perdure depuis des millénaires et continuera à perdurer pour eux, leurs enfants et leurs petits enfants est intolérable. Ne pas avoir l'espoir d'un changement de vie à de quoi désespérer même le plus optimiste.

 

 

 

 

 

 

P1060286

Posté par chezVolodia à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Notre voyage et arrivée à Delhi

Ranakpur le 16/01/2011 - 1h du matin

Enfin, nous sommes partis. Comme convenu, nous nous étions donnés rendez-vous 2 h avant l'embarquement à l'aéroport de Roissy et il nous semblait pourtant être très en avance sur l'heure fixée. Hé non, c'était compter sans la détermination des filles qui chaudement vêtues et entourées de bagages, nous attendaient de pieds fermes devant le comptoir d'Air India.

L'avion ayant du retard ce qui, selon les dires de roudoudou, est habituel pour cette compagnie, les guichets de la douane et d'embarquement étaient clos, Déception. Toutefois, celle-ci fût de courte durée car au bout d'une heure d'attente environ, nous avons pu procéder à l'enregistrement de nos bagages et mon chéri de demander gentiment mais fermement à l'hôtesse 4 places dans une des rangées lattérales. Hum oui, mon chéri en habitué des transports aériens longs courriers tient absolument à s'asseoir côté allée car cela lui permet d'allonger les jambes lorsque les hôtesses ont fini de servir, et ainsi d'éviter les crampes). Les filles ont donc été installées devant nous : Maud près de l'allée, Chloé près du hublot. Mon roudoudou derrière Maud et moi derrière Chloé. Chloé et moi étions ravis, car lorsque nous ne survolons pas les nuages, nous adorons voir les villages et villes des pays traversés lorsque nous sommes prêts d'atterrir.

A noter : Je n'ai pu qu'admirer le sens d'organisation et la facilité qu'a mon roudoudou de se déplacer et de régler tous les détails (y compris les imprévus) de notre voyage. En fait, comme je m'y attendais, nous avons été entièrement pris en charge par mon chéri. Il a transporté les paquets que nous étions d'un point à un autre tout en veillant à ce qu'ils ne leur arrivent rien et soient confortablement installés à la place qui leur était assignée.

Nous avons eu toutefois un peu de mal à trouver deux casiers vides pour mettre nos manteaux et nos bagages à main qui n'étaient pourtant guère imposants. Les hôtesses et les stewards ont beau faire "les gendarmes" au sol, pour que les passagers mettent leurs paquets volumineux en soute, rien à faire. Les compatriotes de mon chéri sont très indisciplinés et s'arrangent toujours pour monter à bord avec ce qu'ils ont envie, d'où un manque réccurent de casiers. Mais pas question de garder nos manteaux sur nous ou sur nos genoux pendant les 17h de vol.

Après beaucoup de stress nous avons pu poser nos fesses sur les sièges un peu défoncés de notre avion et savourer le fabuleux bonbon et le jus d'orange offerts par l'hôtesse ( hum oui, pour le confort rien à voir avec Emirates Air Lines). Au moment du décollage, roudoudou nous a fait passer des boules quies pour éviter que nous ayons mal aux oreilles (hé oui, il pense à tout).

Après le diner, nous nous sommes préparés pour la nuit et, tous les indiens qui étaient à bord, mon chéri ne faisant pas exception à la règle, se sont relayés pour aller faire un brin de toilette et se brosser les dents. Ils ont également presque tous, mon roudoudou compris, enfilé des petites pantoufles d'avion ou se sont mis en chaussettes pour éviter d'avoir les pieds enflés. Pour moi qui lors de notre précédent voyage avait déja assisté à la scène ce ne fut pas une nouveauté, mais les filles en sont restées bouche bée. Mon chéri se mettait à l'aise et pour faire bonne mesure, il  a étendu sur lui un de ses grands châles indiens en nous souhaitant bonne nuit.

Au matin, nous nous sommes aperçus qu'il avait du simplement somnoler. Ses yeux étaient rouge le faisant ressembler à un lapin albinos. Chloé et Maud s'étaient reposées tant bien que mal. Quant à moi, j'ai un peu honte de le dire, mais le cul dans l'eau je dormirais. Heureusement nous sommes arrivés dans la  nuit.

Nous sommes descendus à l'hôtel Siddarth à Delhi, que nous connaissions pour y avoir déjà séjourné en 2009. Roudoudou s'est chargé de la paperasse. C'est pas pour dire, mais c'est super agréable d'avoir quelqu'un du pays pour se faire comprendre et nous faciliter toutes les démarches administratives. Les chambres étaient confortables, Les filles étaient logées sur un autre étage mais bon. Elles étaient satisfaites de leur chambre dans laquelle les attendait un panier de fruit offert par la direction (non non non, c'est pas S... qui a demandé, c'est la particularité de cet hôtel d'offrir ce petit présent à chaque arrivée de clients, nous aussi y avons eu droit).

 

Posté par chezVolodia à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2011

Sur le départ !

Nous ne tenons plus en place les uns et les autres, les unes (Maud et Chloé) parce que c'est leur premier voyage en Inde et en plus, elles le font avec S... qui, il faut le reconnaitre, est un merveilleux guide couleur local. Moi parce que je suis en vacances avec mon roudoudou, et que je suis heureux de repartir pour un pays fascinant où les habitants sont d'une grande gentillesse. Mon amour, parce qu'il est profondément indien, qu'il va revoir son pays, la maison de son enfance avec tous les souvenirs que cela comporte et sa nourrice auquel il est particulièrement attaché.

Nous partons en fin de semaine après le Noêl Orthodoxe que nous allons fêter avec Babouchka. Elle se charge du magasin avec mon remplaçant, et de Shivana notre minette. S... a donné aux filles une liste de courses indispensables à faire et ces dames font les magasins après leur travail. Et Dieu sait si mon chéri n'est pas avare de (bons) conseils. Elles ont un visa pour la durée de leur séjour, soit : 3 semaines, moi j'ai eu droit à 3 mois d'office car c'est mon deuxième voyage, quant à roudoudou il a visa permanent compte tenu de son métier.

J'ai sorti mes affreuses valises bleu canard à poignées jaune et roudoudou les siennes qui sont roses fuschia  - sans commentaires, elles sont horribles ! - mais au combien pratique quand on débarque à Delhi ou à Chennai, qu'il y a je ne sais combien de tapis roulants et qu'on ne sait pas sur lequel vont être déchargés nos bagages et si, pour couronner le tout, toutes les valises sont noir, bleu marine ou vert foncé, c'est le souk assuré.

Je n'arrête pas de regarder (et je ne suis pas le seul) nos billets d'avion (hum oui, dès fois qu'ils s'envoleraient sans nous), parait que les filles font pareil (c'est Maud qui a mouchardé à roudoudou, qui me la répété). Nous allons atterrir à Delhi, puis prendre un vol pour Jaipur ou nous resterons 2 jours le temps de visiter pour les filles, et revisiter pour nous, puis nous passerons 4 jours  à Udaipur ville que S... adore, (hum moi aussi) et où il a des amis. Nous en profiterons pour visiter le Fort d'Amber, Ranakpur et Deshnok pour faire un pélerinage au Temple des Rats. C'est important pour S... Il parait que les jeunes mariés y vont pour que leur mariage soit heureux. Comme nous nous sommes mariés cette année... D'après ce que m'en a dit roudoudou, je ne suis pas sûr de pouvoir y mettre le quart d'un doigt de pied (car non seulement, il faut retirer les chaussures comme dans tous les temples hindou du reste, mais également les chaussettes) et je n'ai pas d'affection particulière pour les rats (toutefois ne voulant pas faire de peine à roudoudou...). Je n'ose imaginer la réaction des filles...

Important, ne pas oublier de prendre de l'immodium en grande quantité, la "tourista" merci j'ai déjà donné, et franchement, les cacas nature entre deux dunes de sable c'est pas top, niveau confort et discrétion, d'autant que nous ne serons pas seul. La nivaquine, c'est pour moi et les filles. Roudoudou étant né dans un pays endémique pas de nivaquine pour lui (Si, si, c'est le médecin qui l'a dit). Pyjamas et pantoufles chaudes  et c'est bon, (hum, oui je me rappelle que les nuits sont glaciales et pour un peu que nous soyons logés dans un ancien palais avec mobilier en marbre, on se pèle). Oh très important, roudoudou emporte son netbook et son appareil photo Il ne se déplace pas sans et je dois avouer que ce serait dommage car il se débrouille bien. Les filles emportent également un appareil photo qui tire les photos tout de suite, pour donner aux habitants. Roudoudou nous a dit que ça créait une relation de confiance et qu'en plus c'était le passeport pour être invités à des mariages, aux baptêmes et aux fêtes pour célébrer les premières règles d'une jeune fille. Ce que mon amour dit on fait, car c'est lui qui sait ! Nous nous contenterons, nous (les filles et moi) de jouer les paquets animés qui se laissent vivre et transporter d'un bout à l'autre du pays.

Si nous avons le temps, nous irons visiter Mumbay (anciennement Bombay), via les Grottes d'Eléphanta puis, nous reviendrons sur le Sud, dans l'Etat du Tamil Nadu ou nous finirons notre séjour chez mon amour, avec éventuellement une incursion au Kérala, si nous ne sommes pas trop fatigués.

 

Posté par chezVolodia à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,